« Le Rêve » (1932) par Pablo Picasso

Les enfants s’amuseront beaucoup à découvrir ou redécouvrir l’art radical des peintres cubistes, tels que Pablo Picasso, Georges Braque, Ferdinand Léger et Robert Delaunay.

Les enfants seront initiés aux techniques du style, afin de produire leurs propres oeuvres d’art d’inspiration cubiste, moyennant la peinture, le dessin, les collages et la sculpture.

Informations pratiques

Date: Du lundi 23 au Vendredi 27 octobre 2017

Horaires pour les enfants de 4 à 6 ans: 9h à 12h

Horaires pour les enfants de 7 à 13 ans: 14h à 17h

Lieu: Atelier du Square, rue François Bonivard 4, 1201 Genève. Google maps.

Tarif pour toute la semaine (matin ou après-midi): CHF 275.- par enfant matériel et snacks inclus.

Tarif par matinée ou après-midi: CHF 65.-  par enfant matériel et snacks inclus.

Inscriptions : Merci de télécharger la fiche d’inscription ici. SVP la compléter et signer, la scanner ou la photographier, et la retourner à eurydice@arts-expression.ch. Le paiement est du à la signature de la fiche d’inscription (voir la partie consacrée aux paiements par e-banking). Merci.

Information : Eurydice Labaki, eurydice@arts-expression.ch, +41 (0) 78 696 12 45

Quelques mots sur le cubisme

« Fantomas » (1915) par Juan Gris

Le cubisme est un mouvement artistique, qui se développe à partir de 1907, autour de plusieurs peintres, notamment Pablo Picasso et Georges Braque. Font aussi partie du mouvement les peintres Juan Gris et Fernand Léger,  et le sculpteur Zadkine. Le mouvement s’interrompt avec la Première Guerre mondiale. Cependant, le cubisme et ses différentes tendances a influencé considérablement une grande partie de l’art du 20e siècle, en particulier l’art abstrait.

« Monument à la Ville détruite de Rotterdam » (1958) par Ossip Zadkine

L’objectif de ces artistes est de représenter des volumes, malgré le fait que les toiles sont plates. Ils utilisent alors des formes géométriques, comme des ronds et des sphères, des carrés et des cubes ou des cylindres. Au fur et à mesure de l’évolution de leur travail, ils simplifient la réalité pour ne garder que les contours des formes.

Avec l’avénement de la théorie de la relativité, ils décident d’éclater les objets en une multitude de facettes, et de dessiner chaque facette sans forcément tenir compte de l’ensemble. Par exemple, dans la représentation d’un visage, un œil pourra être dessiné plus bas que l’autre. Ils s’exercent à peindre plusieurs points de vue. Chez Picasso en particulier, on peut avoir  l’impression que le personnage est de face et de profil simultanément. Dans la même idée, les peintres jouent ainsi avec la perspective et la lumière dans différentes parties du tableau.

Parallèlement, certains peintres comme Georges Braque et Jean Arp introduisent dans leurs toiles des éléments, comme des cartes à jouer, du papier peint, des morceaux de papier journal, du faux bois ou de la toile cirée. Ils inventent ainsi la technique du collage.